Liens

Extraits :

Will Schutz (1925 – 2002) obtient son Doctorat de Psychologie en 1951 à UCLA. Dès ses études, il s’intéresse aux relations entre les personnes et à la psychologie des comportements. Curieux de tout ce qui touche au comportement, Will Schutz s’intéresse très tôt aux travaux de la dynamique des groupes. Il découvre et explore l’idée selon laquelle on peut travailler au développement des personnes en utilisant le travail de groupe. Il découvre au travers de ces expériences que les relations aux autres dépendent du ressenti vis-à-vis de soi.
L’estime de soi prend alors une place importante dans la suite de son travail.

Pour Will Schutz la connaissance de soi est la première étape pour résoudre les problèmes d’organisation et de leadership. Au fil du temps, il forge son approche qu’il baptise l’Elément Humain et qu’il publiera en 1994. C’est la synthèse de ses découvertes et de l’intégration des divers courants de la psychologie de l’individu et des groupes.

C’est aussi une méthode d’apprentissage complète. Will Schutz a formalisé une pédagogie simple et efficace pour conduire les personnes et les équipes à travailler en confiance.

Toute son approche consiste à construire les liens entre estime de soi, confiance et performance individuelle et d’équipe

Chacun expérimente que la relation à l’autre est très directement connectée à la relation à soi, c’est-à-dire comment je me comporte avec moi-même et comment je me ressens moi-même. Ainsi mieux on se sent en sa propre compagnie, meilleure est son estime de soi et plus grande est sa capacité à nouer une relation authentique et à travailler avec les autres.

Plusieurs méthodes sont proposées pour développer l’estime de soi :

  • Le climat et l’ambiance créés lors du séminaire, propices à l’ouverture à soi et aux autres, toujours dans l’acceptation du choix de participation des stagiaires.
  • L’idéal de soi et les écarts dont les stagiaires prennent conscience entre cet idéal et la réalité vécue et observée d’eux-mêmes. Les prises de conscience de ces insatisfactions balisent la compréhension des bénéfices induits par une faible estime de soi. Elles viennent enrichir également une base de données interne permettant de revisiter et de transformer favorablement des choix pris par le passé et devenus inappropriés.
  • Le choix met à mal l’idée fort répandue que nous avons subi un environnement plus ou moins propice à notre développement depuis notre enfance et pourtant ne va pas en contradiction avec l’idée qu’il serait souhaitable d’améliorer les causes de ces environnements (pratiques d’éducations, formation des parents, circonstances, …). Pour autant il est plus utile d’assumer pleinement la responsabilité de sa situation pour augmenter son pouvoir de la changer.
  • Les origines. Grâce à la technique de l’imagerie, il est possible de :
    •  revisiter les décisions prises au cours de sa vie qui ont eu pour conséquence de diminuer son estime de moi et,
    •  à la lumière de ses nouvelles connaissances maintenant, de transformer les images négatives des moments clés de sa vie pour renforcer son estime de soi.
  • L’Essence. L’approche la plus profonde pour changer le concept de soi consiste à aller au-delà de ses traits de personnalité acquis et de rechercher ce qui est au cœur de son être. Ce niveau va au-delà des identités de rôles et touche à la manière dont chacun s’intègre à des systèmes qui le dépassent.
  • Les affirmations que les stagiaires sont invités à construire à partir de leurs intuitions-flashs, leurs permettent au quotidien de se les remémorer et d’aller vers plus de cohérence et d’incarnation des changements qu’ils veulent voir se produire. N’est-ce pas après tout en se changeant soi que l’on provoque le changement chez les autres et dans sa vie ?