L’hypnose ericksonienne est une nouvelle conception de l’hypnose et de son utilisation qui doit son nom à Milton H. Erickson (1901-1980), psychiatre américain qui a consacré l’essentiel de sa carrière à l’étude scientifique de l’hypnose et à son utilisation en psychothérapie.

Erickson évoque l’hypnose en tant que communication de la manière suivante : « L’hypnose est une technique de communication par laquelle vous rendez disponible le vaste champ d’apprentissages acquis dont l’utilité réside principalement dans le fait qu’ils se manifestent sous forme de réponses automatiques.» Un travail thérapeutique à l’aide de l’hypnose facilite la communication du sujet avec lui-même et avec autrui dans la mesure où le dispositif hypnotique encourage un fonctionnement plus simple, plus spontané, plus créatif chez le sujet que celui dont il fait preuve à l’état de veille.

L’hypnose est à la fois un état, un processus, une relation, une communication et sans doute, avant tout, une expérience.

Pour Milton Erickson, l’inconscient est profondément bon et puissant. Il se révèle une puissance bienveillante avec laquelle l’état hypnotique doit permettre de coopérer. L’inconscient est capable de mobiliser des ressources intérieures, des potentialités susceptibles de conduire aux changements désirés. L’hypnose ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution du problème.