Développer son estime de soi

Histoire de Stéphanie et Charlotte

Une maman dit à sa fille qui vient de se servir une glace dans le congélateur en oubliant d’en refermer la porte : « Dis-donc Stéphanie ! Tu as oublié de fermer la porte du congélateur » et Stéphanie de retour à table de répondre : « Ah, désolée, maman. Excuse-moi. Est-ce que tu veux bien la fermer pour moi, s’il te plait ? ». La maman s’exécute de bon cœur. Stéphanie sait qu’elle peut faire des erreurs et l’idée qu’elle a de ses capacités est conforme à ce qu’elle vit au quotidien. Elle ne se sent pas humiliée par la remarque de sa mère, et si cette dernière lui avait demandé de se lever pour venir fermer la porte du congélateur elle aurait accepté le refus à sa demande et l’aurait fait sans sourciller. Stéphanie a une bonne estime d’elle-même quant à sa capacité à faire face à cette situation et ne se sent pas rejetée quand quelqu’un refuse d’accéder favorablement à une de ses demandes. Elle respecte le choix de l’autre et assume les siens (dans ce cas-là, de ne pas avoir fermé la porte alors qu’elle l’avait ouverte). Cette estime d’elle-même confère à Stéphanie une bonne « robustesse » à la critique en cas d’erreur avérée qui lui permet de rester constructive, lucide et bienveillante dans pareilles situations.

 

Ce n’est pas le cas de sa petite sœur qui se met souvent en avant auprès de ses parents pour obtenir de la reconnaissance de son travail et qui vit mal la critique de ces derniers lorsqu’elle commet des erreurs comme par exemple de faire tomber les couverts pleins de sauce du saladier après en avoir remué le contenu. « Eh, Charlotte ! Tu te concentres un petit peu s’il te plait ! », lui fait remarquer son père. Et aussi sec, Charlotte baisse la tête, ne parle plus, fait son bec carré et commence à monter en pression, jusqu’à pleurer sous les moqueries de ses frères et sœurs. Elle se sent humiliée devant eux. L’idéal d’elle-même qu’elle a de petite fille compétente, qui fait bien ce qu’on lui demande, est différent de ce que la réalité de la situation lui renvoie. Cet écart n’étant pas assumé, Charlotte a une moins bonne estime d’elle-même que sa grande sœur Stéphanie. De ce fait, Charlotte chute en lucidité, elle n’est plus constructive (ne se lève pas pour réparer sa maladresse, ne s’excuse pas pour la perturbation provoquée, …) et devient même malveillante en devenant critique à son tour vis-à-vis de son entourage pour détourner l’attention qui lui est portée. Pour aider Charlotte à développer son estime d’elle-même, son père peut développer sa propre aptitude (ou capacité) à la rendre compétente à faire face à ses erreurs en lui montrant d’autres options comme, par exemple, apprendre à lâcher prise par rapport à un événement passé non satisfaisant, à passer à l’action pour « réparer » son erreur, à utiliser ses capacités de visualisation pour réinventer ses réactions en les positivant, etc… Si Charlotte choisit de mettre en application les suggestions d’assouplissement faites par son entourage ou de se créer d’autres options, elle renforcera son estime d’elle-même et renforcera sa confiance en elle, les autres et la vie.

La question du développement de son estime de soi est une question centrale dans une quête d’accomplissement personnel.

Les difficultés relationnelles entre les individus proviennent moins des différences de personnalités ou culturelles que des rigidités et des comportements défensifs de chacun.

La formation à l’élément humain® vise à :

  • Renforcer son estime de soi et,
  • Intégrer les pratiques qui permettent d’y arriver.

S’offrir un voyage au cœur de soi, à sa rencontre, pour mieux « se connaître », apporte plus de calme, de force, de réalité, d’écoute, d’honnêteté, et de meilleures relations, plus drôles, plus authentiquement humaines et serviables. L’estime de soi est au cœur de toutes les problématiques humaines majeures.

Will Schutz, psychologue et statisticien américain, créateur de ce modèle et du contenu de ce séminaire, l’a construit comme un voyage à la rencontre de soi, de ses ressentis et de ses comportements.

Il a rassemblé de nombreux outils pratiques qui facilitent l’intégration des concepts à tous les niveaux de l’expérience humaine, et c’est ce qui, selon moi, en fait sa singularité, son intérêt et contribue à sa puissance. En effet, Will Schutz nous aide à développer la conscience et la compréhension de nos comportements, de nos ressentis et des idées et sentiments que l’on a à propos de soi en complétant nos expériences verbales conscientes par des expériences complémentaires comme des auto-perceptions, des feed-backs, des imageries et des exercices verbaux et non-verbaux.

Objectifs :

A la fin de cette formation, vous aurez :

  • Développé votre authenticité,
  • Travaillé à réduire vos insatisfactions comportementales et émotionnelles,
  • Pris conscience de vos mécanismes de défenses, de vos déclencheurs sensibles, et travaillé à l’acceptation de vos peurs fondamentales,
  • Renforcé votre responsabilité,
  • Développé votre estime de vous-même.

Public :

Tout adulte cherchant à développer son potentiel et à prendre en main sa vie.

Pré-requis :

Avoir plus de 18 ans et parler français.

Méthode :

La pédagogie est résolument active (imagerie, exercices corporels, auto et hétéro-perception, autodiagnostic, exposés conceptuels, échanges, …) et variée pour faciliter l’intégration.

Durée :

6 jours (en week-end)

Prix :

  • Particuliers : 1200 € TTC
  • Entreprises : 2400 € HT

Chèque de la totalité à l’inscription. Convention sur demande.

Le tarif inclus : les supports pédagogiques, la salle, le matériel spécifique à cette formation, les boissons pendant les pauses.

La formation est éligible au DIF.